Home

SYPRESS Production

Météo Liège

Liège climat

Bonjour à tous

Ayant de nombreux sites avec mes photos, j'ai décidé de faire un site rien que pour moi, enfin plutôt pour vous, en espérant que mes modestes réalisations vous plairont.

Pour faire de la macrophotographie, il faut un matériel spécifique, plus c'est petit et plus l'appareillage est important, pas tellement le boîtier, l'important c'est l'objectif, c'était particulièrement vrai avec l'argentique mais aujourd'hui le capteur numérique joue aussi un rôle.

Deux marques se partagent le gros du marché et ont leurs défauts et leurs qualités, Nikon et Canon

En ce qui me concerne j'utilise particulièrement Canon, car il y a très longtemps à la fin de mes études

(oh la-la le temps passe si vite il y a vraiment très longtemps, sniff)

J'ai choisi Canon. J'ai eu l'occasion d'utiliser tous les appareils pro en argentique, mais bien sûr d'autre pour des utilisations plus ciblées comme des boîtiers moyen et grand format en Mamiya Sinar et linhof

•Bref, aujourd'hui c'est Canon 1D Mk IV, 5D MII, 50D, Lumix

•et un Fuji modifié pour l'infra rouge.

Objectifs : Canon, bague allonge, éventuellement doubleur de focale.

Flash : Canon 430 EX II, 580 EX II

Je n'aimerais pas être trop longue dans mes explications, mais j'aimerais tout de même lancer un coup de "gueule", en effet je suis très souvent dans la nature et je constate avec tristesse que les petites bêtes que je photographie disparaissent de plus en plus de nos régions, la cause : les insecticides, les pesticides et autres produits toxiques pour l'ensemble de l'écosystème. Depuis quelques années, c'est dramatique, mais les intérêts économiques priment sur tout et puis nous sommes plus de sept milliards d'êtres humains sur notre terre et il faut produire continuellement plus, donc pas question de laisser des nuisibles détruire les cultures. Résultat, les produits phytosanitaires sont de plus en plus présents et nocifs pour l'ensemble de la faune et nous sommes aussi concerné bien sur.

J'ai téléchargée la compilation administrative des pesticides autorisés, et bien cela dépasse l’entendement, 36 pages A4 cela vous donnes l'ampleur de la folie.

Mais non content d'employer des produis simples les industries ajoutent des synergisants

(Produit chimique ajouté aux pesticides pour accroître la toxicité des ingrédients actifs)

En 2013 une enquête sur les fraises en France et en Espagne a démontrée que 92% de ces fruits contenait un ou plusieurs pesticides non autorisés en Europe avec à la clé quelques beaux (PE) perturbateurs endocriniens mais naturellement il n'y a pas que les fraises tous les fruits et légumes que nous devrions manger cinq fois par jour (paraît-il) sont contaminés.

C'est bien j'ai la vague impression que dans ce contexte l'humanité n'iras plus très loin, car il faudrait une législation internationale pour faire changer les choses et ça... ne rêvons pas ,c'est pas possible.

 

La preuve : http://www.terresacree.org/abeilles2.htm

http://actions.pollinis.org/actions/stop-neonics-fr

 

http://sciences-technologies.lefigaro.fr/causes-disparition-insectes.html

 

Extrait d'un texte de Roger Heim, président de l'Académie des sciences (1963, déjà)

 

«On arrête les ''gangsters'', on tire sur les auteurs de ''hold-up'', on guillotine les assassins, on fusille les despotes – ou prétendus tels-, mais qui mettra en prison les empoisonneurs publics instillant chaque jour les produits que la chimie de synthèse livre à leurs profits et à leurs imprudences?»

 

Si vous en avez l'envie, la suite de ce que je pense voir dans le menu "texte"

Site info Insectes : http://cote-nature.net/

 

La sixième extinction de masse aurait commencé

 

Article de Jean-Luc Goudet publié le 12 décembre 2016

Au Mexique, à Cancun, se tient jusqu'au 17 décembre la treizième Convention sur la diversité biologique, alias COP 13. Elle réunit 196 pays autour de ce problème majeur qu'est la perte d'espèces et, surtout, la réduction des populations. L'écho de ces discussions reste faible. Pourtant, la question devrait nous préoccuper autant que le réchauffement climatique.

À Cancun, au Mexique, 196 délégations venues d'autant de pays sont en train de parler défense de la biodiversité dans le cadre de la COP 13, une « conférence des parties » organisée par l'ONU, donc, comme les COP dédiées aux mesures à prendre face au réchauffement climatique. La grande différence entre ces deux types de conférences vient du traitement médiatique : celui-ci est bien plus faible dans le cas de la COP 13 que lors des précédentes COP liées au réchauffement climatique. Visiblement, l'intérêt des peuples et des gouvernements pour l'état des espèces vivantes est un cran en dessous.

Pourtant, les analyses scientifiques se suivent et se ressemblent ces dernières années. Toutes montrent une augmentation du nombre d'espèces en danger, mais aussi comment les écosystèmes s'appauvrissent. (Source : Futura Science)

 

 

Mais ceci est un site photo alors trêve de discussion et bonne vision.

 

Mail : marge@sypress.be

 

Musique Alban Lepsy

alban.lepsy@facebook.com

© Copyright 2015. All Rights Reserved.